Choisir son lycée au hit-parade ?

Le meilleur lycée est celui qui convient à votre enfant !

 

Le Ministère de l’Éducation publie ses « indicateurs de résultats des lycées », immédiatement transformés en palmarès dans les médias... Le choix d’un bon lycée ne se réduit pas à des statistiques !

 

Selon le ministère pourtant, plusieurs paramètres doivent être mis en relation pour avoir un sens. Un faible taux d’accès de la seconde au bac par exemple ne signifie pas systématiquement « sélection » mais tient souvent à la seule structure des petits établissements qui ne proposent pas toutes les séries du bac à leurs élèves de seconde, obligés alors de choisir un autre établissement en première.

 

Et que dire du « taux attendu » indexé sur la seule catégorie socio-professionnelle des parents, en supposant qu'elle a la même influence sur les résultats de tous les élèves, dans tous les établissements, qu'ils soient publics ou privés ? Même le recours à des pourcentages pour exprimer les résultats d'une population de quelque dizaines d'élèves n'est pas rigoureux : Comment comparer à 1 % ou 2 % près des établissements qui ne présentent que 25 ou 30 élèves au bac dans une même série et où le résultat d'un élève représentera alors à lui seul 4 % !

 

Les élèves ne sont pas une masse statistique. Enseignants et éducateurs de l’Enseignement catholique (97 % des lycées privés sous contrat de France) peuvent témoigner de ce que le choix d’un bon lycée ne se réduit pas à des statistiques ! À chaque enfant selon son parcours, ses besoins et son projet conviendra un mode d’accompagnement, un cadre, une manière de faire. Et cet équilibre deviendra dynamique de progrès si la confiance s’établit entre ses parents, l’enfant et ses professeurs.

 

 

À propos du « palmarès » des lycées

Quelle « réussite » pour un établissement ?

 

Chaque année au mois d’avril parait dans un certain nombre de revues et sur internet, le palmarès des « meilleurs lycées de l’année ». Sans aller au devant de ces résultats — ils viennent à nous rapidement via les journaux, les parents et la rumeur —, il se trouve que cette année notre établissement est particulièrement bien classé. (6e sur 117 au niveau départemental, 11e sur 467 au niveau régional, et 15e sur 2364 au niveau national). Sans fausse modestie, ceci fait plaisir aux parents d’élèves, aux élèves et bien sûr aux enseignants et équipes éducatives qui ont bien besoin d’être reconnus et valorisés pour la qualité de leur engagement professionnel. La directrice reçoit à cette occasion des messages de félicitations et les demandes de rendez-vous d’inscriptions pleuvent !

 

Mais les feux de la rampe une fois passés, ceci nous invite à quelques précisions et réflexions. D’abord il s’agit d’interroger ces chiffres : quels paramètres sont pris en compte ? sur quelles bases de données ? avec quelle méthode de travail ?

 

L’ensemble des données statistiques provient du ministère de l’Education Nationale qui prend en compte différents critères :

  • le nombre d’élèves qui ont présenté le Bac au sein du lycée,
  • le taux de réussite au Bac, pour l’ensemble des séries générales et technologiques
  • le taux de réussite attendu, calculé en fonction des catégories socio-professionnelles des familles des élèves,
  • le taux d’accès de la seconde au Bac. Cet indicateur évalue pour un élève de seconde, la probabilité qu’il obtienne le baccalauréat à l’issue d’une scolarité entièrement effectuée dans son lycée,
  • le taux de redoublement entre la seconde et la terminale.

Il ne s’agit donc pas de prendre le seul taux brut de réussite au bac mais de calculer la « valeur ajoutée positive (ou négative) » d’un établissement, c’est à dire le « plus » qu’un lycée apporte à la situation initiale de ses élèves pour les faire réussir. C’est cette « plus-value » qui permet à Charles-Péguy de faire la différence avec d’autres établissements qui ont aussi régulièrement 100 % de réussite au Bac et parfois autant et même davantage de mentions.

 

Mais il serait bien réducteur de s’en tenir à ces froides et aléatoires statistiques . Si la valeur réelle de Charles-Péguy tenait seulement à la « plus-value » de son taux de réussite au Bac, il y aurait lieu de s’inquiéter ! En effet cette année ou l’an prochain, des élèves, pour des raisons bien diverses, peuvent ne pas réussir du premier coup leur examen…l’établissement aura t-il perdu de sa valeur ? On le voit, la logique statistique et les performances chiffrées ne disent pas tout, loin delà, des enjeux éducatifs essentiels que sont la formation et l’ouverture de l’esprit et du cœur, et le mot de « réussite » est lui-même bien ambivalent…

 

Alors à quand la prise en compte du climat relationnel d’une classe, de la diversité culturelle et religieuse d’une école, l’évaluation d’une pédagogie qui essaye de tenir compte de la différence de niveau des élèves, la mise en valeur des engagements bénévoles et des projets collectifs ? Rassurez- vous : aucun indicateur chiffré ne pourra les évaluer et c’est tant mieux ! Il y a des « impondérables » qui pèsent lourd leur poids de sens sans qu’il y ait besoin de les mesurer.

 

Il n’empêche : c’est peut-être de ce coté-là que se situe l’essentiel de notre responsabilité, le vrai défi de la « réussite » pour nous autres parents et éducateurs ! Au passage, une nouveauté qui mérite d’être signalée : à partir de cette année, en lien avec la réforme du lycée, une nouvelle rubrique figure dans les livrets scolaires de Première et Terminale : Engagements et responsabilités au sein de l’établissement. Un avis écrit doit être donné conjointement par le professeur principal et par le conseiller principal d’éducation (à Charles-Péguy, par la responsable du niveau). Comme vous le savez, depuis des années nous demandons à chaque lycéen de choisir parmi les divers engagements bénévoles proposés (culturel, social, humanitaire ou religieux) une responsabilité à tenir sur l’année. Nous sommes heureux de voir que ce type de participation à la vie de l’établissement en vue du bien commun est mise en valeur pour tous les lycéens de France.

Dominique Paillard,

Chef d'établissement du lycée Charles Péguy à Paris

www.charles-peguy.fr