3 février 2012

Les grands enjeux de l’école inclusive

Journée pédagogique diocésaine du 3 février 2012

 

Télécharger le texte de la conférence de Charles Gardou

 

Quelques points clés de la conférence d'Hervé Benoît

 

Passer de l’intégration scolaire (système à 2 voies) à l’école inclusive nécessite une profonde mutation. Incontournables :

 

Reconnaître ce que l’élève handicapé a de commun avec les autres.

 

Entendre qu’à une catégorisation de troubles, ne correspond pas forcément les mêmes besoins.

 

Plutôt qu’observer les différences et les ruptures, observer les singularités individuelles. La singularisation permet au pédagogue de rebondir sur la construction d’une pédagogie collective.

 

Changer de regard implique changer de pratique. L’école doit s’adapter à une norme qui peut être aménagée.

 

Mettre en place des conditions d’accessibilité c’est apporter à chaque élève en fonction de ses besoins éducatifs particuliers la proposition pédagogique qui lui correspond. Pour permettre à tous les élèves d’effectuer une même tâche, c’est  le curseur d’étayage qui varie (la différenciation ne se fait pas par le niveau).

Cette accessibilité permet aux élèves d’embrasser la notion d’universalité.

 

Rendre accessible une situation d’apprentissage, c’est travailler sur les contenus, sur l’aspect didactique. Cela se joue dès l’étape de conception que chaque enseignant opère en préparant son cours.

  • Décomposer les différentes étapes, les tâches demandées aux élèves.
  • Apporter l’attention au fonctionnement cognitif. Différencier les types de compétences dans une situation d’apprentissage. (transversales,  spécifiques). Parmi celles-ci identifier celles qui ne sont pas automatisées qui coûtent en énergie au dépend de celle poursuivie.
  • Définir les besoins éducatifs / anticiper les aides possibles (étayage) à proposer à certains élèves : amendement, accommodation / proposer des voies de contournement.
  • Repérer  par anticipation les obstacles prévisibles mais aussi analyser les obstacles observés dans le cadre de l’activité de l’apprenant en situation (obstacles de réalisation dans l’activité, ou obstacles conceptuels qui peuvent surgir tout au long du travail demandé).
  • Réajuster éventuellement  l’étayage
  • Faire le même travail pour l’évaluation en cohérence avec le potentiel de l’élève. Les paliers de compétences seront visés en adaptant les capacités. Evaluation indissociable de la cohérence d’un parcours. Travail de méthodologie

Nathalie TANCHON-QUELQUEJEU

Direction diocésaine de l'Enseignement catholique de Paris