Accueil > Enseigner, Innover, coopérer > Accompagner les élèves après les attentats du 13 novembre 2015
Enseigner, Innover, coopérer

Accompagner les élèves après les attentats du 13 novembre 2015

Permettre l’expression d’une parole

Pour ne pas céder à la violence, la confrontation avec la brutalité de la réalité a besoin de passer par la parole. Empathique, celle-ci doit rester sobre et inviter son destinataire à répondre lui aussi avec profondeur et dignité. Les élèves étant facilement submergés par l’information, on veillera au contraire à ne pas en ajouter mais à inviter à la prise de recul et à l’intériorité.

Réinvestir la vie réelle

Autant il est utile que les enseignants fassent droit au besoin de marquer l’évènement par quelques mots en accueillant les élèves dans leurs premiers cours, autant il est nécessaire de laisser place à la vie normale. La perspective d’un retour rapide à la normale et la reprise des activités habituelles font sortir de la tragédie. On sera donc attentif à reprendre le travail, remettre en perspective, revenir autant que possible au déroulement habituel des journées.

Célébrer la mémoire des disparus et la beauté de la vie

À distance de l’évènement et de l’émotion qu’il suscite, il est important de se réunir en communauté et de célébrer à la fois les vies brisées et la beauté de toute vie. Les trois jours de deuil national   (jusqu’au mardi 17) nous en donnent l’occasion à l’unisson de la communauté nationale.

C’est le rôle du rite de nous aider à célébrer et prier avec des mots qui nous soient communs, pas nécessairement les nôtres mais aussi les mots que Dieu nous donne et met dans notre bouche devant ce qui nous dépasse : passages d’évangile, psaumes, prières liturgiques.

Voir aussi

Partagez vous aussi vos idées 

© Direction diocésaine de l’Enseignement catholique de Paris • 15 novembre 2015

Sous un grand chapiteau

Les CE1-CE2 de La Trinité ont vécu pendant une semaine au rythme des artistes de cirque. Ils sont devenus jongleurs, […]