Rythmes scolaires à l’école primaire

horloge rythmes scolaires

En synthèse

  • La réforme des rythmes à l’école primaire en 2013 ne concerne pas directement les établissements privés qui restent libres de leur organisation de la journée et de la semaine scolaire.
  • Cependant, les écoles privées sont indirectement amenées à reconsidérer leur rythme par cohérence avec leur environnement.
  • Il revient à chaque chef d’établissement de saisir cette occasion pour conduire une large réflexion pédagogique.

Réforme des rythmes à l’école primaire publique

Textes officiels (2013-2014) :

Organisation du temps scolaire dans les écoles maternelles et élémentaires
Organisation du temps scolaire et des activités pédagogiques complémentaires
Obligations de service des enseignants du premier degré
Autorisation d’expérimentations relatives à l’organisation des rythmes scolaires
Modalités de mise en œuvre des expérimentations sur les rythmes scolaires

Réflexion sur les rythmes d’une école catholique

Obligations

L’association à l’État par contrat repose sur la liberté et la responsabilité du chef d’établissement privé, en particulier en ce qui concerne l’organisation de l’établissement (dans les écoles publiques : sous la responsabilité de l’inspecteur de l’éducation nationale de la circonscription).

Les obligations liées au contrat d’association sont ici de deux ordres :

  1. Le respect de la durée annuelle de l’enseignement obligatoire en vigueur dans les écoles publiques (24 h par semaine en moyenne à l’école primaire sur 36 semaines).
  2. Les obligations de service des enseignants (27 h par semaine).

Les trois heures en moyenne de service au-delà de l’enseignement obligatoire sont consacrées aux « Activités pédagogiques complémentaires » (incluant l’aide aux élèves en difficultés) et à l’animation de projets, concertation, formation pédagogique… sous la responsabilité du chef d’établissement.

Il n’y a pas lieu de se créer d’autres obligations. En revanche, cette latitude impose une véritable réflexion sur l’organisation choisie pour l’établissement.

Voir : Liberté pédagogique dans les établissements privés sous contrat
Voir : Calendrier et Organisation du temps scolaire

Éléments à prendre en compte

À l’occasion de cette réforme des rythmes des écoles primaires publiques, il revient à chaque chef d’établissement d’examiner la situation et de mener une réflexion de fond incluant les différents temps scolaires que l’enfant vit à l’école :

  • temps d’accueil,
  • temps d’enseignement,
  • temps d’enseignement religieux et d’animation pastorale
  • temps d’activités péri-éducatives,
  • temps de travail du soir,
  • temps d’aide aux apprentissages et de soutien,
  • etc.

Il est utile de se réinterroger par exemple sur la cohérence de ces différents temps dans la journée et dans la semaine de l’élève, sur leur articulation, sur la cohérence de la vie de l’école, sur les acteurs de chacun de ces temps…

Il est bien sûr indispensable de considérer l’école dans son contexte particulier (écoles voisines, lieux d’activités, paroisse). C’est d’ailleurs la cohérence de l’école dans son environnement qui peut conduire à faire évoluer ses rythmes à l’occasion d’un changement de rythme des écoles publiques voisines. Aujourd’hui, parmi les écoles catholiques à Paris :

  • un tiers organisent les cours sur 4,5 jours, mercredi matin inclus (la plupart avaient conservé cette organisation lors du passage des écoles publiques à 4 jours en 2008),
  • un tiers restent fermées le mercredi matin,
  • un tiers sont ouvertes le mercredi matin pour des activités de soutien ou de loisirs.

De nombreuses écoles hébergent ou sont en lien étroit avec un accueil de loisirs catholique affilié à la Facel Paris . Les familles peuvent aussi faire le choix d’un centre de loisirs de la Ville de Paris, indistinctement ouvert aux enfants des écoles publiques et privées le mercredi à partir de 13 h 30 ; les centres de loisirs municipaux n’organisent plus de cantine le mercredi, celle-ci étant maintenant du ressort des écoles publiques pour leurs propres élèves (voir Le centre de loisirs le mercredi après-midi – infos pratiques sur Paris.fr )

Partenaires à associer

Si l’école envisage un changement de rythme, il est important qu’elle le fasse en concertation avec le curé de la paroisse en ce qui concerne la catéchisation des enfants. Le Service de la catéchèse du Diocèse de Paris  suit de près les dispositions qui pourraient s’appliquer aux écoles publiques et avoir une répercussion sur l’organisation de la catéchèse.

Les professeurs et intervenants sont à associer à la réflexion, ainsi que les représentants des parents d’élèves. Le conseil d’établissement est un des lieux opportuns à consulter et à faire travailler sur les rythmes scolaires.

En conduisant cette réflexion, le chef d’établissement aura à cœur de préciser très explicitement ce qu’il attend de chacun selon son statut : qui est consulté, associé à l’élaboration de nouveaux rythmes, ou décisionnaire en fin de compte. Enfin, l’anticipation de la communication à toutes les parties prenantes est le meilleur moyen d’assurer une bonne adaptation de tous aux nouveaux rythmes.

Références

Le document « Rythmes scolaires, Garder le cap » donne tous les repères et outils pour réfléchir et adapter les rythmes scolaires à l’école.

Rythmes scolaires, Garder le cap, mars 2013

 

« Associés à l’État par contrat, les établissements privés ne sont pas contraints réglementairement d’appliquer la réforme des rythmes. L’intérêt de l’élève est primordial et les difficultés de mise en œuvre de la réforme bien réelles. Les établissements sont invités à l’innovation en utilisant toute leur liberté. »

Recommandation de la Commission permanente du Cnec, 28 fév. 2012

 

© Direction diocésaine de l’Enseignement catholique de Paris • 2013-2021