4 septembre 2019

Les écoles catholiques Sainte-Catherine (5e), Saint-Victor (5e), Saint-Jean-Gabriel (4e), Saint-Thomas-d’Aquin (7e) et Sainte-Clotilde (7e) ouvriront leurs portes aux élèves jeudi 5 septembre 2019

Elles avaient dû reporter leur rentrée à la demande du recteur de l'Académie de Paris sur la recommandation de l'ARS Île-de-France. Celle-ci avait indiqué que les prélèvements déjà effectués et analysés par des prestataires spécialisés dans ce domaine étaient insuffisants pour apprécier la présence de poussières de plomb et avait préconisé de nouvelles analyses.

 

Dans sa recommandation du 30 août 2019, l'ARS avait particulièrement pointé une courette à Saint-Victor, inaccessible aux élèves ; celle-ci a été nettoyée. Une salle au dernier étage de l'école Sainte-Catherine présentait également des taux trop élevés après les travaux de remplacement d'une fenêtre de toit cet été ; elle a été de nouveau nettoyée et contrôlée à 35 µg/m². La présence de peintures dégradées contenant du plomb sur des ferronneries extérieures à Sainte-Catherine avait déjà été traitée cet été et ces peintures éliminées.

 

Dès samedi 31 août 2019, le Laboratoire central de la Préfecture de Police de Paris a bien voulu apporter son concours en réalisant de nouveaux prélèvements. Leur analyse montre que les seuils recommandés sont respectés.

Résultats ci-dessous

 

Quels sont les seuils applicables ?

Comment le risque de pollution au plomb a-t-il été traité depuis l’incendie de Notre-Dame ?

  • Les établissements scolaires catholiques ont suivi l'évolution des recommandations de l'ARS. Après l'incendie de Notre-Dame, seule l'école Sainte-Catherine (qui se trouve dans la zone des 500 m) a fait l'objet de tests, de nettoyages et des travaux y ont été programmés.

  • Suite à des prélèvements sur la voirie, l'ARS a défini un nouveau périmètre recommandé le 18 juillet 2019. Les écoles Saint-Thomas-d’Aquin (7e) et Sainte-Clotilde (7e) se trouvent dans ce nouveau périmètre. Par précaution, les écoles dans le voisinage immédiat de ce périmètre ont été volontairement incluses dans la surveillance. Des campagnes de prélèvement y ont été commandées par les chefs d'établissement après le 15 août, à leur réouverture ou au terme des travaux qui s'y déroulaient pendant l'été.

  • Les valeurs supérieures aux seuils de référence ont donné lieu au nettoyage prescrit par l'ARS. Dans tous les cas, les valeurs dans les locaux sont toujours restées très intérieures au seuil de 1000 μg/m². À l’occasion de l’examen d’une demande en référé, la justice a confirmé la bonne exécution de ces opérations.

Qui a compétence pour veiller aux conditions d'accueil dans les écoles catholiques ?

  • Par définition, la gestion des écoles privées est autonome. Elle est sous la responsabilité du chef d'établissement. Il est appuyé par son personnel et par un conseil d'administration de membres bénévoles. Cette autonomie de l'établissement est un atout. Les membres de la communauté éducative s'y sentent d'autant plus responsables et porteurs d'initiatives. En contrepartie, dans une situation de crise sanitaire très exceptionnelle, les établissements privés n'ont pas la capacité d'action d'une collectivité publique.

  • La Direction diocésaine de l'Enseignement catholique représente les établissements, soutient et fédère leur action. Elle ne gère pas directement les établissements mais veille à leur qualité éducative et à la coordination avec les partenaires et les autorités.

  • Au nom de l'État, le Rectorat de l'Académie vérifie que l'établissement respecte les bonnes mœurs et l'hygiène.

  • L'ARS met en œuvre la politique de santé et veille à la sécurité sanitaire. Elle édicte avis et recommandations.

Pourquoi fallait-il reporter la rentrée dans ces cinq écoles ?

  • Comme le confirme la campagne de tests réalisés par le Laboratoire central de la Préfecture de Police de Paris, le nettoyage des écoles a permis d'écarter les risques.

  • Cependant, l'ARS ayant indiqué qu'elle ne pouvait pas se prononcer avec certitude à partir des précédents rapports d'analyse, le Recteur de l'Académie était en droit de demander le report de la rentrée pour éviter de faire courir un risque inutile aux enfants.

  • De nombreuses familles se sont montrées solidaires à cette occasion pour prendre en charge les enfants, ainsi que les établissements catholiques voisins et la Mairie du 5e arrondissement. Qu'ils en soient vivement remerciés.

Quelles sont les mesures à prendre aujourd'hui dans les écoles et pour les familles ?

  1. Même si les seuils sont respectés, l'expérience a montré la nécessité de poursuivre un nettoyage soigné des locaux, en particulier en rez-de-chaussée, dans les zones en contact direct avec l'extérieur et dans les classes des plus jeunes.
  2. Le respect des règles habituelles d’hygiène des mains est également de rigueur (lavage fréquent, particulièrement avant les repas et après un contact avec les sols)
  3. L'ARS recommande aux femmes enceintes et aux enfants de moins de 7 ans ayant fréquenté les écoles Sainte-Catherine et Saint-Victor d'effectuer un dépistage de plombémie. Voir : www.iledefrance.ars.sante.fr/incendie-notre-dame-contacts-et-liens-utiles